A la recherche du temps passé

Tout ce que vous pouvez savoir sur l'histoire de la Bretagne et de son patrimoine. Une mine d'information également pour les randonneurs avec des tas de balades...Ce forum s'adresse est également un lien pour tous les passionnés de détection de loisir.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 PLOUER SUR RANCE

Aller en bas 
AuteurMessage
goldmax35
Admin


Messages : 134
Date d'inscription : 13/05/2008
Age : 48
Localisation : Bretagne nord

MessageSujet: PLOUER SUR RANCE   Jeu 5 Juin - 3:05

PLOUER SUR RANCE



L'Église Saint-Pierre et Paul
L'actuelle église de Plouër est massive et trapue. Sa construction commença en 1703 sur l'emplacement d'un édifice très ancien. Interrompus par la mort prématurée de son fondateur, Pierre de la Haye, les travaux ne reprirent qu'en 1780. Lors de la Révolution il restait à édifier la tour de pierre qui devait servir de clocher, mais le toit provisoire que vous voyez est toujours en place !
Jadis l'église était entourée d'un vieux cimetière avec des arbustes et des fleurs qui donnaient à l'ensemble un air de recueillement et de poésie. Le long des murs, à six mètres de hauteur environ on distingue la litre aux armes du fondateur : les écussons sculptés qui y figuraient ont été martelés à la Révolution.
L'église a la forme d'une croix; elle est orientée Est-Ouest.
La nef est très haute, elle comporte deux nefs latérales. La charpente recouverte de lambris n'est pas visible. Dans le choeur et les deux chapelles à gauche et à droite on voit trois ensembles monumentaux : ce sont des retables, motifs décoratifs en bois. Ceux de Plouër ont été construits par des artistes de la région de Laval. Les cloches anciennes ont été enlevées en 1793 pour être fondues. Elles ont été remplacées en 1869 : elles donnent le do le ré le mi.

Quatre éléments de l'église sont classés monuments historiques :
• La chaire, belle oeuvre de sculpture en bois entièrement galbée.
• Les trois retables.
• Les trois gisants, pierres tombales du XVe siècle provenant de l'ancienne église.
• Le Lutrin où un aigle aux ailes étendues menace un serpent.

Le retable central est le plus beau des trois. Il abrite la statue de Dieu le Père, celle de Ste Ursule et de Ste Margerite-Marie et celles de St Pierre et de St Paul, patrons de l'église. La dédicace à ces deux saints est toujours la marque d'une fondation ancienne.
Le retable de gauche, celui du Rosaire montre tout en haut la Vierge et l'enfant Jésus offrant le rosaire à St Dominique et Ste Catherine de Sienne. Au dessous, un tableau représente la Vierge; St Joseph guide son fils et St Clément, patron des marins, s'appuie sur une ancre.
Le retable à droite, dit de St Jean-Baptiste, montre le saint revêtu d'une peau de mouton, Ste Margerite écrasant un dragon et St Lunaire avec sa crosse. Au centre on voit St Jean Etudes et Ste Margerite Marie, avec deux statues celle de Ste Anne et celle de St Vincent Ferrier.

La Chapelle de la Souhaitier
Vers 1650 existait, là où nous sommes, une chapelle dédiée à la Vierge Marie si ancienne que personne n'en connaissait l'origine". Elle n'était plus en très bon état.
A cette époque le clergé catholique menait une lutte opiâtre contre le protestantisme.
En effet un temple avait été élevé au bourg de Plouër, sous le patronage des seigneurs de la famille GOUYON LA MOUSSAYE. En 1664, soutenu par le roi Louis XIV, l'évêque de St Malo réussit à en optenir la destruction et le recteur de la paroisse, pour remercier le ciel, décida de faire reconstruire la chapelle.
Au moment de la Révolution elle fut classée parmi les biens nationaux et mise en vente; aucun acquéreur ne s'étant présenté elle fut fermée et abandonnée. En 1816 deux paroissiens l'achetèrent et la vendirent à l'Eglise. Elle demeura utilisée jusqu'en 1868 date à laquelle on jugea nécessaire de la construire à nouveau.
La Chapelle mesure environ 100m2. Elle contient trois statues : celles de St Joseph, de Ste Germaine Cousin et du bienheureux Alain de la Roche. Les vitraux représentent la Vierge Marie, Ste Anne, St Augustin avec Ste Monique et St Joachim. Le panneau du fond montre la Vierge secourant un navire en perdition.
Ce site de la Souhaitier a toujours été le lieu de rassemblement des famille de marins de la paroisse. La majorité des hommes de Plouër étaient embarqués sur les vaisseaux et frégates du Roi, sur les navires marchands et sur les goélettes de Terre-Neuve. Avant les départs, les marins venaient implorer la protection de la Vierge. Lors des retours ils lui exprimaient leur reconnaissance.
Les fêtes du 31 mai, clôture du mois de Marie, du 15 août, l'assomption et du 3e dimanche d'octobre, le Rosaire, donnaient lieu à des processions. La grande Croix ouvrait la marche avec les membres du clergé, l'harmonie, les chorales, les bannières, la statue de la Vierge, les enfants de Marie en robe blanche et voile bleu, un doris porté par des hommes avec à son bord de tout jeunes enfants costumés, puis la foule des paroissiens et des voisins.
La petite anse de la Souhaitier accueillait des bateaux arborant le grand pavois.
Aujourd'hui les fastes d'antan ont disparu, mais on continue à se réunir en cet endroit plusieurs fois par an. Il y a des centaines d'années que l'on prie la Vierge sur ce coin de terre des bords de Rance.

Le Chateau de Plouër
Construit au XVIIe siècle, il est la propriété de la famille Magon de la Villehuchet depuis le XVIIIe; c'est une propriété privée

Le Chateau de Péhou
Vieille forteresse féodale, rasée fin XIVe siècle, réhabilitée partiellement au XIXe siècle et complétée fin du XXe siècle. La Chapelle du Chêne Vert porte la date de 1776. Toutes deux sont des propriétés privées.

L' allée couverte de Bel Even

D'époque néolithique, elle vient de subir des travaux de restauration.
D'autres chapelles, chateaux, manoirs, malouinières et belles demeures anciennes privées enrichissent le patrimoine architectural de Plouër.

Les sites inscrits
• Le chateau de Plouër avec ses abords et son parc. Propriété privée.
• Les bords de Rance : Plouër, avec ses 16 km de berges sur l'estuaire de la Rance bénéficie d'un cadre maritime très renommé.
• La pointe du Chêne Vert : point de vue magnifique, particulièrement remarqué lors de balades en Rance, ou à partir de la rive droite (Mordreuc). Propriété privée.
• La pointe de Rigourdaine : elle fait face au Mont Garrot en Saint Suliac et domine la Rance grace à une structure géologique en quartzite unique.

La roche de Lesmonts

"La roche de Lesmonts" et "la cotière de Lesmonts" font partie d'un affleurement de quartz blanc qui s'étend presque en ligne droite, sur 9 km de longueur et 100m de largeur depuis Pleslin (emplacement des alignements mégalithiques) jusqu'à "Rigourdaine", "le Mont Garrot" sur la rive droite de la Rance et la zone du menhir de Chable au sud est de Saint Suliac.
"La roche de Lesmonts" elle-même est à l'altitude de 94 m. C'est le point géodesique le plus élevé de la région. Par temps clair, et en absence de végétation, on aperçoit la baie de Saint Malo, le Mont St Michel et la côte du Cotentin.
A la roche, ne se rattache aucun souvenir historique connu. Son nom, aujourd'hui orthographié "Lesmonts" semble la forme moderne d'un mot très ancien écrit "Laemon", "Lemon". Peut-être y retrouve-t-on le mot breton "Les" ou "Ils" signifiant "habitation" ou "maison-forte". De nombreuses légendes sont liées à cette barre de quartz. Les 65 menhirs de Pleslin auraient été jetés là par des fées transportant ces pierres dans leur tablier pour construire le Mont St Michel et qui, fatiguées, laissèrent choir leur fardeau. L'abbé Manet évoque dans un de ses livres un combat entre des dieux et des géants. Gargantua serait enterré dans le Mont Garrot et le menhir de Chable serait une de ses dents.
"La roche de Lesmonts" ou érussoir possède dit-on la vertu de hâter le mariage des demoiselles qui viennent s'y érusser, c'est-à-dire faire des glissades sur leur culotte de baptème. Plus récentes sont les légendes de Saint Suliac luttant contre les dragons du paganisme ou se débarassant des ânes de Rigourdaine. Une chanson de geste du 13e siècle à en partie pour cadre le Mont Garrot et l'anse de Vigneux. Citons, pour terminer, une chanson peu connue mais charmante de Théodore Botrel :
"A Plouër" parmi la lande est un beau rocher? ou les gars s'en vont par bandes souvent se cacher pour y surprendre les filles qui parfois le soir glissent, laides ou gentilles, de sur l'érussoir.


Le port de Plouer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detection-bretagne.forumchti.com
 
PLOUER SUR RANCE
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A la recherche du temps passé :: Histoires de Bretagne :: Les Cotes d'Armor :: La Rance à Dinan-
Sauter vers: